« Cicatrice-feu, visage-félin, arbre carbonisé à la base. (C'est le corps.) » « Je n'arrive pas à la retenir dans la réalité ; elle ne cesse de s'échapper dans le désert. » Sur le bord de la route, une vieille femme boit et brise le verre et tord les fils de fer. Elle attache les bris et les perles, les relie et sculpte, cette vieille femme qui n'est pas un personnage de l'histoire familiale, qui est l'avatar d'un souvenir, qui est matériau transmuté pour servir le paysage du... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog Lou et les feuilles volantes. Lou habite à Rennes et est également auteur de Le vide de la distance n'est nulle part ailleurs, Véronique Béland. et La Maison des Épreuves, Jason Hrivnak..