Chapitre 2. La voix Il y a tellement de poids dans mon coeur, sur les épaules, qui pousse. Car je ne crois pas que l'on puisse poser son sac. On ne peux pas le poser car c'est comme un hématome enkysté. C'est dur. C'est sec. Et si vous y touchez, ca vous tire. Ca vous fait hurler.Je n'ai jamais été une petite fille. Je crois qu'il faut commencer par cela. Je n'ai jamais été une enfant. J'ai toujours un sac de cailloux dans mes chaussures. Invisibles des autres et qui vous font souffrir...

Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog 33 ans de vie violée. Jeanne habite à stockholm et est également auteur de Chapitre 1: D'arrache coeur Un jour tu m'as dit... et Chapitre 3. La rage Je me rappelle, je devais....