« Chic ! Tout chic ! » Je hurlais rageusement, je froissais l’étoffe, j’alpaguais le passant. Ce n’était pas chic. C’était outrancier, c’était ostentatoire, c’était de mauvais goût. Je m’époumonais. « Il est beau mon tissu, il est doux mon tissu ! » La formule, poreuse, se dégonfla. La redondance trahissait une pensée enfermée dans une obsédante velléité. Impavides, les passants dédaignèrent la pittoresque vitrine que je leur offrais. Je braillai sur leur...

Cet article provient du blog Doré sur tranche. Estelle habite à Landes et est également auteur de Saisir la beauté et Elisa, Elisa.
Lire la suite sur le blog ›