C'est la même appréhension qui me saisit à chaque fois que le train entre en gare de Saint-Pancras, une volée de papillons qui bouscule le creux de mon ventre. La langue anglaise est partout, les mots ronds et moelleux, comme je me plais à les qualifier, rebondissent entre les murs de briques rouges pour ensuite s'évaporer dans l'atmosphère. Les foules se pressent à gauche plutôt qu'à droite, les wagons du métro s'engouffrent à vive allure dans les tunnels qui mènent au pied de... Lire la suite ›