Elle ouvrit les yeux, gênée par ce rayon de soleil qui inondait la pièce, promesse d’un nouveau jour. Elle mis quelques instants à rassembler ses esprits. Tout allait si vite dans sa vie ces derniers temps, comme si tous ces petits cailloux tombés de ses poches à force de larmes et de mots libéraient son Etre. Elle était comme ces ballons que l’on lâche et qui s’envole enfin, libres.Au loin, la ville commençait à s’agiter. Les voix devenaient de plus en plus fortes et... Lire la suite › — Cet article provient du blog Parler de ma vie. Madame Parle habite à Paris et est également auteur de Mais pourquoi le naturisme au Sérignan plage nature? et A nos corps en or.