J’étais de celles qui croyais pour les autres. Le bonheur, l’amour, c’était pour les autres. On se dit toujours que nous sommes mieux seules que mal accompagnées (en oubliant que nous pouvons aussi être bien accompagnées), que le célibat a son charme (jusqu’à ce que le charme soit rompu). La solitude choisie apporte la paix. La solitude imposée vient nous sortir du lit la nuit et pose sur nos cœurs des scellés que seuls les plus téméraires pourront faire sauter.... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog Marie Kléber. Marie habite à Paris et est également auteur de Les États d’Esprit du Vendredi 03.11.2017 et Bonjour Novembre!.