« Il lui manque de la lenteur du temps perdu, de l'espace entre les mots. Il commence avec les qualités de la jeunesse, il veut écrire tout le temps, et il veut dire beaucoup, ne rien laisser en chemin, ne rien oublier. Cependant, il lui manque les limites que l'on a comprises en vieillissant, celles qui vous obligent à approfondir ce que l'on sait faire, à contourner les failles personnelles avec des mots légers, à franchir les obstacles en dissimulant la douleur, à mettre parfois du... Lire la suite › — Cet article provient du blog Lou et les feuilles volantes. Lou habite à Rennes et est également auteur de Revue : septembre et octobre et Honky Zombie Tonk, Henning Wagenbreth..