Ça peut paraitre bête mais je ressentais toujours ce manque... A l'instar d'une douleur fantôme, souvent, je frottais machinalement mon pouce à la base de l'annulaire gauche, celui qui avait supporté le poids de mon alliance pendant plusieurs années. Mon esprit avait oublié mais mon corps, à plusieurs reprises, s'en est rappelé. Des petites bagues fantaisies j'en ai mis, j'en ai perdu, j'en ai cassé et le reste m'a été dérobé. Malédiction ou hasard de la vie, aucun bijoux ne... Lire la suite › — Cet article provient du blog Amélie Epicetout. Amélie habite à Troyes et est également auteur de Pourquoi je t'aime et Louer son chez soi.