Vous pensiez sincèrement que j’allais vous abandonner plus d’une semaine, à votre triste sort, vous demandant bien ce qui avait pu se passer dans ma vie pour que je prenne le large et imaginant les scénarios les plus délirants possibles pour mettre des mots et/ou des images sur mon absence.Impossible.Déjà parce tous ces scénarios tirés par les cheveux auraient pu vous faire perdre votre propre équilibre ! Merci du cadeau…Parce que vous me manquiez au bout d’à peine 24h.... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog Marie Kléber. Marie habite à Paris et est également auteur de Pauvre(s) Petit(s) Chou(x) ou quand la société débloque… et Equilibre.