« Ca se balance, ça se tord jusqu'à ce que le jour paraisse,Puis l'orchestre de jazz s'effondre, sans plus de jus après la liesse.Les gens repartent aux quatre vents, quittant la vapeur bleue épaisse :Coup de balai, chaises à ranger, l'heure à présent est à la messe. » « Qui donc est ce diable noir qui se marre devant sa glace ?Pourquoi dans cette sombre nuit, ces soleils éclairant les places ?Des bris de glacier ont plongé dans le noir jais des océans,Bolden avec les fées se... Lire la suite › — Cet article provient du blog Lou et les feuilles volantes. Lou habite à Rennes et est également auteur de Élisée avant les ruisseaux et les montagnes, Thomas Giraud. et Le Bal des ardents, Fabien Clouette..