Sur Facebook, les faux profils ne font généralement pas long feu. Ils sont, selon les cas, abandonnés par leur créateur ou supprimés par Mark Zuckerberg et ses équipes. La lutte contre les faux profils utilisateurs, régulièrement mis en cause lors de diffusion de fausses informations, est l’une des priorités de Facebook. D'ailleurs, afin de freiner la création de ces comptes et les identifier plus facilement, le réseau social aurait mis en place un système de radars. Résultat, ce sont plus de 30 000 faux profils qui auraient déjà été repérés et supprimés.

« Pendant plus de six ans, j’ai donné vie à une étrange créature »
Mais ces radars ne sont pas infaillibles… Et une certaine Framboise Bertrand en est la preuve. Née à Nuremberg en Allemagne mais de nationalité française, elle vit à Bruxelles avec ses trois caniches, Johnny, Tony et David. Célibataire et grande fan de Sylvie Vartan, elle est très active sur les réseaux sociaux. Seul problème, Framboise Bertrand n’existe pas. En réalité, elle est le fruit de l’imagination de l’auteur, réalisateur et scénariste Steve Catieau. « Pendant plus de six ans, j’ai donné vie à une étrange créature. Oui, Pendant plus de 2370 jours, je me suis mis dans la peau de Mademoiselle Bertrand », a-t-il en effet détaillé dans un récent billet publié par le Huffington Post. Et de poursuivre : « ce qui était au départ un simple jeu s’est transformé, au fil des mois, en une immersion : développer un univers autour d’une personnalité singulière et originale. Une femme sans âge qui relate avec une authenticité désarmante son quotidien à ses nombreux amis virtuels ». Et des amis, Framboise Bertrand en a accumulé beaucoup en plus de six ans d’échanges. Environ 2 500, soit bien plus que les plupart des vrais utilisateurs.

Mais alors que la plupart des créateurs de faux comptes utilisent ces derniers pour propager des idées haineuses et/ou violentes, Steve Catieau dit avoir toujours été dans une démarche opposée. Admettant toutefois que l’anonymat lui a parfois permis de s’exprimer sans craindre le jugement, il assure que Framboise Bertrand a toujours été « bienveillante et généreuse » en toutes circonstances.

Quoi qu'il en soit, après plus de six années passées à alimenter un faux profil, l'auteur et scénariste a finalement mis un terme à cette drôle d'aventure sociale à l'automne dernier. Encouragé par ses proches, il a toutefois décidé d’en faire un livre, le premier issu d’un personnage né sur les réseaux sociaux. Compilant l’ensemble des statuts de Framboise et intitulé F.B comme Framboise Bertrand, il est publié aux Éditions Complicités.  

Voir aussi
«You did not sleep there» : le compte Instagram qui rétablit la vérité
Twitter : le compte du ministère de la Culture usurpé

M-L. M.


Aimez Hellocoton sur Facebook