L'avion perd de l'altitude, nous nous rapprochons des nuage. Ici, ils ont une allure cotonneuse et semblent palpables : j'aimerais soudain retrouver mon insouciance d'enfant et courir dessus, jouer comme seuls les enfants savent le faire. Des formes de distinguent et je me rappelle de ces longues après-midi passées allongée dans l'herbe à laisser mon imagination vagabonder sur les joues rebondies des nuages. Soudain nous les traversons et toute leur apparente consistance meringuée... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog Le blog des petites considérations quotidiennes. Blanche habite à Paris et est également auteur de Ecoutez le silence ! et La magie des voyages.