Le soleil faisait des longueurs dans le ciel. Ses rayons firent soudainement frémir le bassin de nuages puis l’étendue éthérée s’éteignit lorsque les réverbérations de la brasse quittèrent le toit du monde. Au-dessus de sa tête se disputait une compétition dont l’issue était incertaine. Gaëlle n’osait parier sur le vainqueur. Qui pourlécherait les contours de son visage ? La tiédeur ou de lourdes gouttes gelées ? Elle n’attendit plus, détourna ses pupilles de la... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog La lippe qui murmure. Estelle habite à Landes et est également auteur de Tu es moi et Ode au soulier.