Elle avait un grain de beauté sur le sein, réplique miniature de son téton, comme deux bourgeons sur la même tige. Le prosaïsme sur le divin. Le mamelon brun, surface de lune aux doux cratères, offrait le dépaysement d’une planète étrangère. Pigmenté à l’aquarelle de la beauté, il était pourtant concurrencé par une inopportune irrégularité. Placée en symétrie à côté de l’authentique tétin, l’aspérité fascinait. De formes identiques, d’un châtain également... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog La lippe qui murmure. Estelle habite à Landes et est également auteur de Le frisson du curseur et La lecture de son corps.