Bigoudis qui ont marqué ma douce enfance. Assimilés aux crêpes-Nutella, aux vacances, aux cheveux ébouriffés par la brise légère et iodée des côtes bretonnes, j'ai toujours été fascinée par leurs capacités à sculpter les cheveux de Mère-Grand. Alors que ma poitrine ressemblait plus à deux piqures de moustiques qu'à autre chose, j'essayais tant bien que mal (enfin surtout mal), d'enrouler mes petites mèches de cheveux sur ces impressionnants rouleaux, dont la largeur... Lire la suite › — Cet article provient du blog Lili Lu illu. Lili Lu habite à Nantes et est également auteur de Exposition au THE WESTIN ! et Et hop ! À quelques heures du défilé de mon....