Instagram est-il le réseau social de la créativité ou, au contraire, celui de l’uniformisation et de la copie ? La question se pose à la découverte d’une vidéo qui fait actuellement le buzz sur Internet. Imaginée et réalisée par un certain Olivier Kmia, spécialiste de la vidéo et de la photographie aérienne, elle met en relief les nombreuses similitudes entre les publications partagées quotidiennement sur le réseau social par ses quelques 800 millions d’abonnés. Du duo passeport et billets d’avion aux clichés des plus grands monuments (pris sous le même angle), sans oublier la photo d'un cocktail avec une mer bleue turquoise en guise de fond ou celle d’une paire de jambes (bronzées et épilées, de préférence) allongées sur une plage de sable fin : l’internaute a sélectionné plusieurs dizaines de photos sur Instagram, avant d’en réaliser un montage en time-laps.

« Je me moque de quelque chose dont je fais partie »
Une vidéo au résultat assez édifiant et sous laquelle Olivier Kmia explique avoir eu l’idée de cette vidéo pendant un voyage à Rome, alors que la masse de touristes présents aux abords de la Fontaine de Trevi et au Panthéon notamment, l'empêchait de prendre la moindre photo correcte. S'inspirant d'un autre internaute qui s'était moqué de la tendance des selfies, il a lui aussi « décidé de faire ce genre de vidéo sarcastique mais en mettant l'accent sur le tourisme de masse et de voyage », explique-t-il. Et de prévenir :  « je me moque de quelque chose dont je fais partie. C’est très ironique ».

Se vanter en ligne : le but ultime du nouveau tourisme ? 
Mais derrière cette dénonciation du tourisme de masse, c’est sur un autre phénomène qu’Olivier Kmia semble vouloir attirer l’attention : l'incapacité des voyageurs et Instagrameurs à véritablement profiter de l'instant présent. « Alors que l'ère du tourisme mondial de masse et des voyages mondiaux s'est ouverte dans les 60's et 70's avec le développement des  compagnies aériennes à bas coût, une nouvelle tendance consiste à prendre des photos partout afin de les poster le plus vite possible sur les réseaux sociaux », regrette-t-il. Et de poursuivre : « pendant mon voyage, j'ai senti que beaucoup de gens n'ont pas vraiment apprécié le moment et sont restés accrochés à leurs smartphones. Comme si le but ultime du voyage était surtout de se vanter en ligne et de cumuler un maximum de likes et de followers ». Une bien triste vision du tourisme... 



Voir aussi
Top 10 des meilleurs pays pour s'expatrier en 2018
«You did not sleep there» : le compte Instagram qui rétablit la vérité

M-L. M.


Aimez Hellocoton sur Facebook