Camilleinroma

Camille, Rome

Blog : Camilleinroma dans Voyage

Etudiante en langues étrangères, traduction et médiation interculturelle. Je vous partage mes aventures et mes secrets pour ne pas se prendre la tête et vivre la vie dont on a toujours rêvée !

https://camilleinroma.wordpress.com
Ce mercredi (le 14 février), certains fêtaient leur amour, pour ma part j’ai célébré mon dernier mois avant de changer de dizaine. Et oui, le passage à la vingtaine est pour bientôt, maintenant ! Serait-ce le début de l’âge adulte ? Je ne sais pas ! Je ne sais pas si devenir adulte est positif ou si on le devient avec l’âge. Trop de questions pour aujourd’hui, ce que je vais faire dans les lignes qui suivent, c’est vous énumérer les « petits trucs » que j’ai voulu faire avant le... Lire la suite » stade fatidique des 20 ans !



“Cédez-moi vos vingt ans si vous n'en faites rien. »

disait l’écrivain Jacques de Lacretelle



-écrire et publier mon premier petit roman

-Faire un Roadtrip (Grèce, été 2017)


“Les jambes de vingt ans sont faites pour aller au bout du monde.”

Christian bobin


-Vivre dans un pays étranger
-Ne pas avoir peu de faire ce que j’ai réellement envie


“Seules les désirs scandaleux font les grandes choses.”

Théa Alexander 



-Avoir conscience de ce que j’aimerais faire toute ma vie




Après tout avoir vingt ans, ce n’est pas un fait mais un état d’esprit, nombreux sont ceux qui n’ont pas eux vingt ans à 20 ans mais après, avec le recul et l’expérience. Chacun son parcours et peu importe le temps que l’on prend pour aller où on veut, et faire ce que l’on souhaite, le plus important c’est de savoir profiter.



 Camille

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

https://camilleinroma.wordpress.com/2018/02/06/...
Se retrouver seule. Je ne parle pas de cette solitude lourde et négative, souvent confondus ces sentiments n’expriment pas la même chose et ont différentes connotations. La solitude fait peur et est mal vue. C’est impossible d’être seule pour la société, car forcément la solitude va s’installer. Que ce soit en amour, en amitié, dans la vie professionnelle ou dans sa vie en générale. C’est comme être atteint d’une maladie incurable, tout le monde se pose un milliard... Lire la suite » de questions sur ce que le solitaire ressent, le seul remède semble être de se plonger dans une foule bouillante de monde et de bruit.
Mais la vie ce n’est pas être à tout prix avec quelqu’un pour ne pas souffrir de solitude mais savoir se retrouver seul(e) pour ne pas souffrir de la dépendance à l’autre. Il ne faut pas espérer ne jamais se retrouver seul(e), car c’est comme ça qu’on perd le goût du bonheur d’être entouré. Mais aimer se retrouver seul(e) pour aimer se retrouver accompagné(e).

“Toute production importante est l'enfant de la solitude.”
Goethe

Dans notre monde actuel, on ne se retrouve jamais vraiment livré à nous même, les réseaux sociaux nous unissent, la mondialisation également. Les sites de rencontre sont un bon exemple que nul ne peut être seul. Mais le véritable bonheur se trouve dans la capacité de pouvoir accomplir les choses seulement par soi-même, avec la confiance que l’on a en nous. Nous sommes l’unique personne avec qui l’on passe notre vie entière, les bons, comme les mauvais moments, et de ce fait, il est important d’être son/sa propre meilleur(e) ami(e).

« Crois en toi. Deviens le genre de personne avec qui tu seras heureuse de vivre toute ta vie. » Golda Meir

A dix-neuf ans, à travers ce pays si chaleureux, j’apprends à me connaître en étant seule, qui je suis, ce que je veux faire et devenir. Chose difficile à faire lorsque l’on se retrouve constamment entouré(e). Durant 30 jours, j’ai vécue seule, la semaine et les fins de semaine, je suis allée au musée, au cinéma, au restaurant, dans les ruelles désertes, partout, où je voulais. Cette liberté que je n’avais jamais rencontré m’a permise de rencontrer beaucoup de gens, de leur parler, ce que je n’aurais sans pas fait, si j’avais été accompagnée. Etre seul(e) attire les gens et leur gentillesse, elle permet aussi de se connaître, de se sentir libre, de grandir, de découvrir avec des yeux différents, d’apprendre à s’aimer, à avoir confiance en soi, à s’ouvrir.
Etre loin de ceux qu’on aime permet également de savoir qu’on les aime et qu’au final on ne pourrait pas vivre sans eux.

« Parce que quelqu’un qui croit en lui-même ne tente de convaincre les autres. Parce que quelqu’un qui croit en lui-même n’a pas besoin de l’approbation des autres. Parce que quelqu’un qui croit en lui-même, le monde entier l’accepte. »

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

https://camilleinroma.wordpress.com/2018/01/23/...
NOUVELLE VIE


Si je devais me présenter de façon exhaustive, je dirais simplement, que les voyages et les pays étrangers m’ont toujours omnibulés, pas une simple envie de partir en vacances pour échapper au quotidien mais un véritable sentiment que ma vie doit se dérouler ailleurs. Après plusieurs échappées en Europe, et grâce au programme Erasmus, j’ai décidé de m’installer un semestre, ici, à Rome. Dans la capitale italienne, où tout semble possible par la... Lire la suite » beauté de la ville et la douceur de vivre. Je suis arrivée en janvier 2018, au début d’une nouvelle année.

Il y a cette citation de Jean Royer: “Chaque voyage est le rêve d’une nouvelle naissance.” qui me semble très appropriée à l’idée que je me fais du départ. Se retrouver seule, libre et dans la possibilité d’accomplir ce que l’on veut ailleurs, dans l’inconnu de tout.
Et je repartirai après quelques mois et beaucoup d’expérience.

Le voyage a commencé environ 365 jours avant l’arrivée à Rome, avec la préparation des papiers, les réunions, la recherche d’information, les demandes de bourses, la recherche de logement, la réservation des billets d’avion, la sélection des cours, la préparation des valises. Tant de détails qui forment en nous un désir encore plus fort de partir.

« Un voyage, c’est une folie qui nous obsède, nous emporte dans le mythe. »

Sylvain Tesson

Le plus difficile c’est pas pour celui qui part mais pour celui qui reste. Une fois descendue de l’avion, mon intégration a commencé, mon intégration dans un nouveau monde. En effet, à peine quelques pas effectués dans l’aéroport, et je sens que je suis ailleurs, dans une nouvelle vie. Le brouhaha, les différentes langues parlées, les façon terriblement différentes de réagir, de vivre me font comprendre que ça y est. Et puis, il y a le voyage en train de l’aéroport à la ville, le métro, le taxi, le tram et le bus, un périple qui en vaut la peine. Une fois qu’on découvre son logement et ses voisins, qu’on discute avec la population tout prend son sens et on se rend compte de l’immense chance d’être où l’on est. Et celui qui reste, est resté.

« Tout ce que vous avez à faire, c’est décider de partir. Et le plus dur est fait. »

Tony Wheeler

Alors il ne faut pas avoir peur de partir, de franchir ce pas, et de se dire « pourquoi pas » au final, les choses dont l’on se souvient sont celles qui nous on fait peur à un moment donné. Elles nous ont marqué et fait éprouver mille sentiments différents qui nous on fait sentir incroyablement vivant, et la vraie vie, c’est ça.

Durant mes premiers jours, j’ai donc découvert cette nouvelle ville, remplie d’opportunités, ses monuments, une partie de sa culture, ses habitants avec qui parler m’a appris beaucoup en peu de temps.

Et j’ai commencé mon stage, premier étape d’un mois, avant mon aventure Erasmus. Un stage où je découvre beaucoup. Tout ce que j’apprends depuis un an et demi m’est enfin utile. J’apprends, découvre, parle, traduis, écoute, partage, échange et créer enfin ma nouvelle vie à Rome.



Camille

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !