haredvie

Hamid, birkhadem

Blog : birkhadem dans loisirs

je suis un etre simple aussi simple que cette vie qu'on mene

La direction de l’amour est unique
Les choses que nous appelons les valeurs humaines, et qui forment la personnalité de l’être humain peuvent être résumées en une seule valeur : celle de la douleur et de la souffrance.
Les différentes doctrines et écoles qui ont effectuées des recherches dans ce sens, se sont arrivées à une seule vérité, et que l’être humain souffre et endure. Mais ces douleurs sont différentes de celles des animaux.
Donc quelles sont ces douleurs ?
la douleur de l’humanité, c’est la douleur de... Lire la suite » l’exil dans ce monde, la douleur de l’inadaptation de l’être humain, avec le monde ou’ il vit, car l’être humain est venu d’un autre monde pour accomplir une mission, il s’est séparé et éloigné de son origine, et cet éloignement a créé en lui de la nostalgie, de l’amour, du sentiment de l’exil. ; et le désir de retourner à son origine, à la patrie, c'est-à-dire le retour à Allah. Il s’est fait sortir du paradis, et s’est fait venir sur terre, et il veut retourner maintenant à ce paradis promis.
Mais sa venue n’est pas à cause d’une faute ou sans raison, il est venu pour accomplir une mission, et cet exil le met en permanence dans un état de douleur et de souffrance.
Donc la douleur de l’être humain de ce point de vue, et celle de l’éloignement d’Allah et le désir d’y retourner.
Quelque soit le rang et la perfection qu’atteint l’être humain ; il sent toujours qu’il n’a pas atteint son amoureux (Allah) . Les gens disent que l’être humain cherche une chose qui n’a pas, et tant qu’il n’a pas cette chose, il restera à la chercher, et dés qu’il rentre en possession de cette chose et après un certain temps, il manifeste un dégoût pour elle, pourquoi ?
C’est illogique que quelqu’un qui a un penchant pour savourer une chose, et qu’après manifeste un dégoût quand il l’atteint ?
C’est tout à fait naturel, seulement celui qui va au fond du problème, il trouve la solution ; c’est que l’être humain ne peut être amoureux des choses limitées, qui sont vouées à disparition. il est amoureux du parfait absolu, c'est-à-dire Allah .Même ceux qui croient pas en Allah, et les athées ne savent pas qu’au fond d’eux-mêmes, et par nature adorent le parfait absolu, il se trouve qu’ils ont seulement fait fausse route pour y arriver à Allah, car ils ignorent ce qu’il ya par innée en fond d’eux-mêmes .
Les messagers et les prophètes n’ont pas été envoyés pour apprendre aux gens le nom d’Allah et son adoration, car ils l’ont par nature en eux-mêmes dans leurs âmes, mais plutôt pour éviter aux gens de dévier de la juste voie.
Vous pensez tantôt que la fortune c’est le parfait, d’autre c’est la santé, ,ou autre chose qui vous ramène le bonheur terrestre . vous cherchez le parfait absolu, mais vous le manquez, pour cela les messagers et les prophètes (paix sur eux) sont venus pour nous faire sortir de l’erreur.
La douleur de l’être humain et sa passion, c’est la douleur de l’éloignement d’Allah, quand il comprendra cette douleur, et découvrira son erreur, il trouvera le parfait absolu (Allah) , il sera dans une totale tranquillité et une totale quiétude .
traduit et adapté par GHEROUFELLA HAMID

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

La Renaissance d’un amour
C’est une vraie histoire que j’ai voulu mettre sous papiers pour dire O combien L’amour sain ,qui n’est pas taché de tartuferie , de mensonges et d’intérêts est merveilleux !!!!
On ‘est en 1967 à Sidi Belabes, ville se trouvant à 450km à l’ouest d’Alger ,L. Tayeb un jeune Belabéssein de 22 ans , plein de force juvénile , travaillait en qualité de surveillant dans un lycée de la ville .un jour son destin le mit face à H. Fatiha, jeune lycéen de 16ans , en première année secondaire au... Lire la suite » lycée En Nadjah . c’était le coup de foudre entre les deux , et voilà que commença une très belle histoire d’amour , à la Juliette et Romeo . mais d’un amour sain , car à cette époque on jouait pas avec les valeurs et les principes de la société Algérienne ou’ le fait qu’une femme parle à un homme fait partie des choses interdites.
Leur relation dura deux ans, et n’a pu aboutir à une fin heureuse comme dans les romans ou feuilletons d’amour. Durant deux ans les deux tourtereaux luttèrent de toutes leurs forces pour concrétiser leur rêve , hélas peine perdue ; les parents du jeune Tayeb, s’opposèrent farouchement à leur union, et restèrent campés sur leurs décisions, et ne bougèrent pas d’un iota. Malgré les supplications de leur fils.car il faut le savoir que les deux familles appartenaient à deux catégories sociales différentes, Fatiha issue du modeste village Rih (vent), que la majorité de ces habitants sont classés dans la cases des défavorisés. Et qui est écrit aussi quelque part sur la planche protégée d’Allah l’histoire de cette relation.
C’est avec un cœur meurtri que Tayeb quitta l’Algérie vers l’hexagone, pour noyer son chagrin et d’essayer d’oublier sa dulcine.
Une fois là bas , il se lia avec une française de 23 ans , et commença à savourer une vie paisible entre son travail , sa maison et son amour à sa femme .
La sagesse et la volonté d’Allah voulurent que Tayeb soit stérile et pour un autre dessein que cachait l’invisible.
Fatiha quant à elle , est devenue enseignante , et refusa toutes les demandes en mariage , et pour noyer aussi à son tour son chagrin et sa peine , se plongeait dans la lecture des romans d’amour sans savoir ce que l’avenir lui cachait.
Les années passèrent, et un jour la femme de Tayeb trouva la mort dans un accident de voiture.
En 2006 , vu son âge , et sans progéniture et que rien ne pouvait le retenir à la France , il décida de boucler ses valises et de rentrer au pays ,. Voila l’enfant prodige de Sidi Belabes qui rentra au bercail. il était content de trouver la chaleur de la famille et des amis et la bonne odeur que dégagent des ruelles de sa chère ville. Appelait à juste valeur « le petit Paris »
C’est dans une superette de la ville que le destin va le croiser une nouvelle fois avec Fatiha, après les salutations, et l’euphorie de s retrouvailles, Tayeb dira à Fatiha « qu’es ce que tu deviens Fatiha ? et surement tu es une grande mère ? ». Elle lui répondit qu’elle est toujours célibataire, .devant l’étonnement de Tayeb, elle enchaina « ce n’est pas faute de prétendants, au contraire j’ vais reçu beaucoup de demandes en mariage, mais je les ai toutes déclinées »
Et quand Tayeb demanda les raisons de sa position, Elle lui dira « car mon cœur appartient à un seul homme, et depuis 1967 qui je lui ai donné, et j’ai pas d’autres cœurs à donner aux hommes qui voulurent se lier à moi,. J’ai juré de n’appartenir qu’à cet homme ;ou de rester célibat toute ma vie , . Depuis notre séparation forcée, je porte le deuil de mon amour perdu, que la bêtise humaine a voulu extraire de force.
Tayeb à son tour lui raconta son histoire, et étant libre, et surtout que son amour à elle est toujours vivant dans son cœur et que sa flamme ne s’est jamais éteinte.
Et les deux vieux –jeunes tourtereaux décidèrent de se marier.
Après quarante ans de séparation , et d’attente , une séparation déchirante et douloureuse , et une attente interminable entre espoir et désespoirs , et une fin à la ‘’happy end’’, digne des plus beaux romans d’amour , Fatiha et Tayeb sont réunis sous le même toit pour le bien et pour le pire .
Le destin, domaine réservé d’Allah ; qui, au début à leurs yeux leur a parait cruel , est venu , récompenser leur patiente en déployant ses ailes de clémence et de pitié sur eux , et que l’ignorance et la bêtise humaine ont déféré leur bonheur de 40 ans .
Des fois on a trop souffert dans cette vie pour avoir le droit de ne jamais dire qu’on est heureux
HAMID GHEROUFELLA

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Il la méprisait, elle avait qu’un seul œil

il détestait sa mère car elle avait qu’un seul œil ; et d’après lui , ca le mettait dans la gêne devant les autres.

Elle n’avait que lui, elle se pliait à quatre pour le satisfaire, elle travaillait comme cuisinière dans le même lycée ou’ il étudié.

Un jour, elle est venue le voir prés de sa classe ; il a senti une grande gêne ; il avait honte d’elle, il l’a complètement ignorée, il lui avait jetée un regard plein de mépris, quand ses camarades... Lire la suite » commencèrent à se moquer de lui
Quand il revint à la maison ,il lui créa en plein visage « tu as fais de moi la risée de tous mes camarades ,pourquoi tu n’est pas morte, ? »
Sa mère ne dira rien, elle baissa sa tête ,et regagna sa cuisine .

Il a grandi, il a réussi ses études, il a décroché une bourse à l’étranger.
A l’étranger, il na jamais essayé de contacter sa mère .il est revenu au pays, il na jamais chercher comment va sa mère. Il la complètement ignorée.

Il acheta une maison, et se maria ;il a eu des enfants .

Un de ces jours sa mère, vint lui rendre visite ,pour le voir et voir ses petits fils ;sur le seuil de la porte les petits enfants commencèrent à pleurer , ils avaient peur de cette femme avec un seul œil.
Il lança au visage de sa mère avec une voix dure« comment tu as osée venir ici ,tu es venue pour faire peur à mes enfants ou quoi ? sors en vitesse ! ,vas
t’en !

elle lui répondit, avec une voix tranquille, et pleine de peine « excuse moi ; désolée ;est ce qu’il parait je me suis trompée d’adresse » ;et elle quitta vite les lieux.
La mère tomba grièvement malade, et l’information arriva chez son fils .
Le matin ,il se réveilla, et informa sa femme, qu’il rentre pas tôt, car il va en mission de travail.
Quand il arriva chez sa mère, il la trouva déjà morte, il na pas versé une seule larme ;avant de quitter la maison ,les voisins sont venus lui remettre une lettre laissée par sa mère dont voici le contenu

« mon cher fils désolée de t’avoir causé beaucoup de gêne dans ta vie, tu sais ? tu as eu un accident étant petit, et tu as perdu un œil, et comme toute mère, j’ai pas pu te laisser avec un seul œil, pour cela je t’ai donné mon œil, et j’étais très heureuse et très fière de ca, car mon fils voit le monde avec mon œil »

HAMID GHEROUFELLA

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !

Birkhadem, la perle du Fahs (campagne) d’Alger
La richesse du patrimoine historique de ces pimpantes localités qui forment la beaulieue et les hauteurs d’Alger, pourrait faire l’objet d’une étude approfondie qui contribuera à la dissipation de plusieurs points ambigus, et qui restent à nos jours le maillon perdu de la grande histoire de l’Algérie. Leur résolution mettra en lumière une grandie partie inexplorée de son histoire.
L’héritage historique dont Birkhadem a hérité est important .Il est... Lire la suite » assez riche ,et fascinant pour ne pas être dévoilé aux yeux des adeptes de l’histoire.
Ce qui est aujourd’hui occulté ,ne le sera pas forcement demain .Le jour viendra ou’ toute la vérité sur son histoire sera étalée et connue de tout le monde .
Les historiens érudits, seuls savent comment fut autrefois la perle du Fahs d’Alger.
Birkhadem ; de Bir « puits » ,et Khadem « servante » .Ce qui donne « le puits de la servante » .
Néanmoins, à leur arrivée les français ont commis un lapsus traduisant le non de Birkhadem par « puits de la négresse » .Le rang social a été substitué par l’origine et la couleur de cette servante.
L’histoire relate qu’à l’époque turque, probablement à la fin du XVIII siècle , une servante ,parmi celles ramenées par les caravanes du pays du Soudan ; se tenait prés d’un puits et offrait aux passants ,voyageurs ,explorateurs , et autres une eau qui leur permettait d’étancher leur soif .
Les avis sont partagés concernant l’emplacement exacte du puits .Pour certains ;il se trouvait à l’entrée du village , à droite ,en provenant d’Alger , prés de la propriété de Cheikh El Bled ‘( proche du centre de formation professionnelle).
Pour d’autres ,le puits est celui qui se trouve aujourd’hui en face de la fontaine et la mosquée .
Parmi les gouverneurs turques ,celui qui a le plus marqué Birkhadem ,fut Hassan pacha ( le 20 eme Dey d’Algérie).En plus son Djnane ( villa mauresque et jardin ) à la sortie ouest du village , et son Haouch ( ferme),prés de l’actuelle Bab Ali ; il fit édifier une splendide fontaine en 1212 H( 1797), qui surclassa celles construites par ce même dey ( Tixeraine ,et Bir Mourad Rais ), voire même celles construites avant, et éparpillées un peu partout sur le territoire Fahs .

Ce monument historique, qui se dresse à nos jours ,et qui orne la devanture à la mosquée de la ville , éternise à jamais le nom de ce Dey , fan de l’art architectural .
Durant le règne turc, Birkhadem , à l’instar des autres régions de Fahs d’Alger ,était un ensemble de féériques vergers ou’ s’éparpillaient de splendides villas mauresques .A titre indicatif , et non exhaustif , on peut citer :
-Djnane Caïd El Bab (littéralement, jardin du chef de la porte), détenue par le préfet d’Alger
-Djnane Ben Negro, détenue par le chef de la province
-Djnane Cheikh El Bled, détenue par le chef de la ville d’Alger
-Djnane Bensiam, détenue par une famille notable, et membre du divan
-Djnane Khaznadar, détenue par le trésorier du Dey
La localisation ( sur l’axe routier Alger –Blida), la fertilité de ses terres , l’abondance de ses eaux , et sa proximité de la capitale , sont autant de facteurs qui ont fait du village de Birkhadem ,l’un des lieux les plus prisés par les colons français.
Les autorités françaises, ont d’ailleurs consenti des efforts conséquents pour permettre un développement rapide et harmonieux au village .
En avril 1835 , par décret du maréchal Clauzel , Birkhadem est incluse parmi les 14 communes rurales de l’Algérois .La ruée sur ses terres , d’immigrants Minorquins ,les maitres incontestés de l’art maraicher et arboriculteurs a permis au village de palper un certain essor économique.
Ceci amènera l’administration coloniale ,le 31 décembre 1856 , à l’élever au rang de commune de plein exercice par décret impérial de Napoléon III .
HAMID GHEROUFELLA

  • Rejoignez vous aussi la conversation sur Hellocoton !