Dans les années 20, une aristo (Catherine Frot) se prend pour une soprano. Elle impose à son entourage ses cris de chat qui se fait marcher sur la queue, elle organise des concerts. Personne n’ose lui dire qu’elle chante comme une casserole. Les journalistes se moquent entre les lignes, d’autres peu soucieux abusent de sa crédulité et bienveillance pour lui soutirer de l’argent et la lier à la cause anarchiste. Si elle chante, c’est aussi pour attirer l’attention de son mari,... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog les incroyables aventures inexistantes de Papillote. Retrouvez également son article Green inferno : un film qui prend aux tripes ! et Bilan "je suis culturée" de septembre.