J’étais bâtie de dentelle, le vent s’engouffra dans mon cœur de moucharabieh et je m’envolai. Je bazardai ma gaieté ordinaire par-dessus le parapet de mes déceptions. Celle-ci s’avachit pesamment sur mes pensées asséchées. Mon socle d’argile s’était fendillé et mes pieds de plomb avaient fondu sous un mépris suffocant qui m’avait terrassée. Ma rancœur enfla et mon amertume arrondit, à l’en crever, la membrane éthérée de cette artère à présent désertée.... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog La lippe qui murmure. Estelle habite à Landes et est également auteur de Elisa, Elisa et Tu es moi.