Ce qui m’amène à l’écriture de ce petit gros billetLa petite fille adorable du couple d’amis chez qui je séjourne à Sydney ne rêvait que d’une chose la semaine dernière : Aller à l’aquarium. Et quand je lui expliquais que je n’avais pas envie d’y aller, elle me répondait, toute confuse : « But there are fish ! » Et cette simple phrase pleine de candeur était supposée me convaincre de l’accompagner. Même scénario en allant dans un « Club » à North... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog Dans Les Hautes Herbes. Ornella habite à PARIS et est également auteur de Cette méprisable et hypnotisante mélancolie et Verseau : Le singulier, l’indépendant, l’original.