Ça y est, il fallait bien que ça arrive, le soleil est revenu et je me retrouve de nouveau comme le pingouin entre le marteau et l'enclume à me faire fondre la p'tite couche de gras... enfin p'tite... Je crois que je me suis rendu compte que je n'aimais pas la chaleur la première fois où je suis parti du côté de Grenade, la terre supposée de nos ancêtres, en compagnie de ma chère mère. Je n'étais pas grand, je portais encore des pantalons courts et d'atroces chemisettes à... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog Mais pourquoi est-ce que je vous raconte ça.... Retrouvez également son article