À 20 ans, Nia Pettitt, alias Nia The Light, fait partie de ces instagrameuses que l’on peut sans risque qualifier d’influente. Suivie par plus de 430 000 abonnés sur le réseau social, cumulant pas moins de 10 000 mentions « j’aime » à chaque publication, cette Londonienne est notamment connue pour être l’organisatrice des « Happy FroDay ». Organisés chaque année, ces rendez-vous mêlant concerts, débats et séances photos visent à promouvoir le cheveux naturel et à aider les femmes noires et métissées à assumer leur chevelure bouclée, frisée ou crépue.

Mais outre l’organisation de cet évènement, l’un des signes distinctifs de Nia Pettitt est son épaisse et longue chevelure bouclée aux reflets dorés. Du moins, elle l'était jusque très récemment. En effet, la jeune femme a récemment décidé de se débarrasser de ses jolies boucles. Un choix inattendu qu’elle a justifié dans un texte touchant publié sur son compte Instagram, confiant avoir eu, peu à peu, le sentiment de perdre son identité. Elle y explique notamment être tombée dans le cercle vicieux des réseaux sociaux, de la course aux « likes » et aux followers ; et s’être laissé dicter sa vision de la beauté par Instagram.

« Finalement je suis devenue mes cheveux »
« J'ai passé sept ans à appliquer un baume épais blanc sur mes boucles pour les défriser, avant de tout couper à l'âge de 11 ans. À partir de là, j'ai embarqué dans un voyage magnifique qui n'était fait que d'amour pour mes cheveux. J'ai passé des heures à perfectionner mes boucles dans l'espoir d'attirer l'attention de tout le monde grâce à mon apparence, plutôt que grâce à ma présence. J'ai décoloré mes boucles pour ressembler à un tournesol sans reconnaître que je décolorais lentement mon âme », regrette-t-elle.

Et de poursuivre : « Je ne pouvais pas sortir sans mes longs cheveux lâchés, toutes mes photos devaient mettre en valeur mes cheveux, et finalement je suis devenue mes cheveux. J'étais reconnue à travers mes 'likes', et ma confiance en moi dépendait de l’opinion des gens. Des gens que je n'avais jamais rencontrés. » Publié le 3 février dernier, le message de Nia a recueilli plus de 60 000 likes et, surtout, de nombreux messages bienveillants.

Aujourd’hui, celle qui est aussi égérie pour la marque de vêtements American Eagle Outfitters (qui sublime toutes les morphologie et refuse l’utilisation de Photoshop), arbore une très jolie coupe courte derrière laquelle elle ne peut plus se cacher… et c’est sûrement mieux comme ça.  


View this post on Instagram

I am Nia. 🌺 #NiaTheLight.

A post shared by Nià The Light (@niathelight) on


View this post on Instagram

Liberated. 🌺 #NiaTheLight

A post shared by Nià The Light (@niathelight) on



Voir aussi
Body positive : quand Asos assume les imperfections de ses mannequins
10 comptes Instagram qui prônent le body positive

M-L. M.


Aimez Hellocoton sur Facebook