A Panam, le ciel est gris et le cœur est lourd. Mais sur le quai de la station, il y a une fille, casque vissé sur les oreilles. Elle esquisse un pas, puis deux, allez vlà qu'elle sautille maintenant!! On dirait un pas de samba déstructuré! Même qu'elle fredonne Forro de Maracajua ou quelque chose comme ça... Sur le quai, il fait froid mais t'inquiète dans mes oreilles, Sociedade Recreativa. Un puissant anti-dépresseur. Un visa pour une musique sans frontières. J'ai pris un ticket... Lire la suite sur le blog ›
Cet article provient du blog itamalkasays. Ita Malka habite à Paris et est également auteur de Japanistan, un voyage musical entre l'Afghanistan et le Japon et Ma liberté chérie, merci aux Yeux d'la tête!!!.