Quand j’étais petite, j’adorais ça, inventer des histoires. Cela avait un but bien précis, bien qu’inconscient : me protéger du monde. Je vivais dans ma bulle et je me racontais des tonnes d’histoires. Des farfelues, des drôles, des dramatiques. J’adorais regarder les gens, leur manière d’être, de faire, de vivre. Je faisais défiler leur vie imaginée dans ma tête. Et d’ailleurs ça faisait un peu peur à mes parents : une petite fille qui parle seule, c’est...

Cet article provient du blog Marie Kléber. Marie habite à Paris et est également auteur de Il neige sur Paris et Aimons-nous!.
Lire la suite sur le blog ›