Il y a quelques années, l’application Vinted révolutionnait le mode de consommation de la mode. En quelques clics, il est désormais possible de vendre ses vêtements dont on ne se sert plus et d’en acheter aux autres Vinties à des prix cassés. Mais aujourd’hui, c’est une autre application espagnole qui entend bien bouleverser nos habitudes de consommation. 21 buttons, c’est le premier « réseau social de mode et vêtements » pour acheter en ligne et gagner de l’argent en partageant ses looks sur l’application. Une application qui séduit de plus en plus de françaises et qui ne compte pas s’arrêter aux frontières de l’Hexagone.

Si vous vous demandez souvent d’où vient ce joli pull de votre influenceuse préférée ou bien où votre amie a choppé les baskets super tendance qu’elle porte sur sa dernière photo Instagram, vous pourrez désormais avoir l’info en un clic. En effet, sur chaque photo postée sur l’application, des liens mènent directement sur le site marchand de la marque pour acheter en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire cette pièce sur laquelle vous avez craqué. Et si vous utilisez l’application uniquement pour trouver des inspirations de tenues (et non vider votre portefeuille !), un système de garde-robe ingénieux permet de regrouper les styles selon différentes catégories : sport, quotidien, soirée… le tout en version privée ou publique pour que tout le monde puisse en profiter.

Enfin, si vous pensez que l’application va uniquement mettre votre banquier en colère, sachez que vous pouvez aussi gagner de l’argent. En effet, à chaque fois qu’un « buttoners » achète un vêtement que vous venez de poster via l’appli, vous touchez une commission sur la vente générée. De quoi se faire un peu d’argent de poche tout en exploitant votre passion pour la mode.  L’application est ouverte à tous les fans de mode, influenceur ou non, et l’inscription est gratuite. Vous pouvez la retrouver sur AppStore et Google Play.

 

A lire aussi :

Les blogueuses vident leurs placards sur Vinted

Laura Piumatti


Aimez Hellocoton sur Facebook