72 heures seulement et déjà je me sens vide. Pourtant, croyez-moi, je vous jure que j’en ai rêvé des réveils tardifs, des journées qui s’étirent et du silence dans la maison. De la grève du ménage. Du frigo qui reste vide. Du temps pour moi. Attendez ! Mais naaaaaaan ! Je ne vous fais pas le coup de la mère sacerdotale qui n’arrive pas à les lâcher. Je sais que j’en ai besoin un peu tous les ans de ces journées sans eux. C’est vital. Mais je ne suis plus habituée à...

Cet article provient du blog Do Not Racuspote. Laura Cuspote habite à Bruxelles et est également auteur de Corps accord et Quand Serge mythonne.
Lire la suite sur le blog ›