Il y a tout d’abord eu une prise de conscience : marre du rythme boulot/dodo. Travaillant à deux pas de chez moi, je zappe même la case « métro », c’est dire! (Ahah dit comme ça, on dirait vraiment que j’ai une vie ennuyeuse alors que Dieu sait (ou ma voisine curieuse du rez-de-chaussée, c’est déjà pas mal), que je ne suis jamais chez moi !) Non, les sorties au parc/au resto/ dans les bars / en amoureux / avec les copines / à l’autre bout de...

Cet article provient du blog Mademoiselle Coquelicot. Melanie habite à Strasbourg et est également auteur de Eguisheim / 68 et Et enfin, Juin.
Lire la suite sur le blog ›