J’ai un grand-frère (que j’adore), je suis la cadette, et donc logiquement la numéro 2 par ordre de naissance. Sauf que j’ai l’impression d’être ce « numéro 2 » à longueur de temps. Mon père m’aime, je ne peux pas le nier. Il a été/est un bon père, s’est occupé de nous, nous sortait le week-end, il a toujours répondu à mes appels aux secours quand j’étais au plus mal, quitte à traverser la ville d’est en ouest, à pieds,...

Cet article provient du blog J'envoie Valser. Lina est également auteur de Les coulisses de ma vie à l’école… et « Le monde n’est que variété et dissemblance ».
Lire la suite sur le blog ›