Je ne suis pas vraiment douée pour parler amour. Et pour le vivre non plus. Mais on me dit que c'est parce que je n'ai pas rencontré le bon, celui avec qui sois-disant tu arrêtes de te poser des milliards de questions, celui avec qui tu te vois faire des babys super cute. Bon d'accord, c'est sûrement vrai. Moi, je me répète qu'il ne faut pas que je désespère. Qu'il faut croire au mektoub, à ma bonne étoile. Que c'est pas grave si j'ai la grosse trentaine. Qu'on n'est pas obligé de...

Cet article provient du blog Sacrée Jasmin. Jasmin habite à Reims et est également auteur de Être une femme et Anvers, des colocs et un peu de bière.
Lire la suite sur le blog ›