Un livre court, un Goncourt en poche et ma curiosité difficile à contenir.. Ce sont les trois raisons principales qui m’ont poussé à lire ce bouquin. Encore la Seconde Guerre mondiale avec des nazis, des citoyens qui décident de renoncer à leur souveraineté et bien sur de la tragédie.  Un roman qui a comme principale mérite sa construction où l’effet du miroir narratif est maîtrisé à la perfection. Une critique du capitalisme à peine voilée que mon côté révolutionnaire...

Cet article provient du blog bookerdose. Alison Mossharty habite à Normandie et est également auteur de Régime Hypo-empruntéiné // Février 18 et [CHRONIQUE LIVRE] LES FURIES // LAUREN GROFF.
Lire la suite sur le blog ›