Avec La Isla Minima, Alberto Rodriguez construit un thriller à la mécanique implacable. Un exercice de style parfaitement maîtrisé pour le réalisateur qui fait souffler un vent hollywoodien sur le cinéma ibérique. Des jeunes filles à la réputation sulfureuse qui disparaissent, des langues liées par les ruines d’un régime franquiste, un paysage espagnol à faire pâlir ceux de la Nouvelle-Orléans, deux détectives que tout oppose ; le cinéma espagnol se met définitivement à...

Cet article provient du blog Ciné Clash. Ciné Clash habite à Paris et est également auteur de CRITIQUE – Les Bêtises, un joyeux carnaval, poétique, malicieux! et CRITIQUE – Les Minions ? Mouais….
Lire la suite sur le blog ›