Le dressing idéal de Manon Lecor se veut minimaliste et sobre. Les bottines à plateforme de ses rêves, son amour pour la créatrice Jessie Andrews ou son manteau en laine chiné dans une friperie écossaisse. Discussion mode avec la blogueuse.

Manon se sépare rarement de son argentique. Toujours à la main, on imagine qu’elle l’a suspendu à son cou pour écrire les quelques lignes suivantes dans son "à-propos" : "Je veux prouver qu’on peut faire attention à la planète sans perdre son style". 30 printemps et le minimalisme ancré dans l’âme, depuis 2014, la belle pianote sur son clavier pour partager son « cheminement vers une meilleure consommation » à travers les billets de son blog. "Quand s’en ira la peur" est son premier roman, @argentiquegal, sa deuxième page instagram. Écriture, photographie, blogging, elle ne cumule rien, sauf peut-être les succès et les tatouages. Elle ne porte plus de maquillage depuis deux ans, semble à peine retoucher ses posts. Looks minimalistes, petites pauses lecture et tranche de vie, son compte Instagram @manonlecor affiche 19,6k abonnés. De sa passion pour la maroquinerie Jeu Illimité à son engagement éthique et ses petits conseils pour vivre mieux avec moins : dans la vie comme à l’écran, Manon Lecor s’expose sans fard. 

View this post on Instagram

Omg ! It’s freezing ❄️

A post shared by manon lecor (@manonlecor) on



View this post on Instagram

Omg I think I prefer analog to digital 📷

A post shared by manon lecor (@manonlecor) on

"Mon style est vraiment en lien avec les objets que je possède pour m’habiller."

 

La rédaction : Que peut-on trouver dans ton dressing ?

Manon : Je porte toujours un peu la même chose, c’est l’avantage du minimalisme. Mon style est assez simple, sobre avec un côté masculin. Je ne porte que des couleurs neutres. Récemment, j’ai trouvé un manteau d’homme en laine noir dans une friperie à Glasgow pour £45. Depuis, je ne quitte plus cette pièce. Je ne porte que très peu d’accessoires. J’ai toujours une montre et un sac, d’ailleurs, mes sacs Jeu Illimité font partie de mes pièces préférées. La marque n’est pas 100 % éthique, mais elle produit en petite quantité et je suis fan de sa créatrice à qui appartient aussi la marque de bijoux, Bagatiba. Je suis Jessie Andrews depuis des années, grâce à elle, j’ai réalisé qu’il était possible de "porter 1000 milles fois le même vêtement sans avoir l’air boring." 



Tu as mentionné la question d’éthique, notion à laquelle tu as consacré un petit livre intitulé le "Fair fashion guide" où tu recenses les marques les plus respectueuses. Que recherches-tu quand tu fais du shopping ?

Ce que je recherche avant tout, c’est une pièce précise ou un savoir-faire. Par exemple, je vais chez Organic Basics parce qu'ils font les meilleurs sous vêtements et chaussettes du monde alors que Jan’n June propose de magnifiques alternatives à la laine à partir du coton. Il faut avant tout lire les étiquettes pour prendre conscience de la composition d’un vêtement. Le pays de fabrication est aussi une information cruciale. Le tout est d’avoir une vision globale : un tee-shirt en coton peut-être "Made in France", le coton venant d’ailleurs, on peut se demander par qui il est cultivé et dans quelles conditions. La traçabilité est un problème majeur aujourd’hui, il faut poser des questions aux grandes industries et bien sûr soutenir les marques émergentes de mode éthique. Le plus important finalement, c’est de faire attention au greenwashing - comprendre éco blanchiment ou fait de surfer sur la vague écologique pour redorer son image face aux consommateurs

Tee-shirt en coton ou sweat à capuche, à quoi ressemble ta tenue de tous les jours ?

Je travaille de chez moi, j’ai donc la liberté de m’habiller comme je veux au quotidien. C’est un vrai luxe ! Je peux autant être en pyjama qu’en jean et tee-shirt. Avec mon dressing minimaliste, tous mes vêtements me vont et vont les uns avec les autres, j’ai constamment mes vêtements préférés à disposition. Le dimanche, j’opte pour un jogging gris ou un legging noir avec un gros sweat vintage, depuis que j’ai vu la série Mister Robot, j'en veux un noir à capuche, les séries m'inspirent beaucoup. Et si je dois m’habiller pour une soirée, j’ai deux tenues : un carrot pant taille haute, Gérard Darel, que j’associe à un top et des sandales à talons ou des mules noires ainsi qu’une robe longue noire échancrée sur la cuisse. En ce moment, j'ai aussi une obsession pour les bottines à talons avec plateforme, genre super hautes. Je louche sur les Jeffrey Campbell depuis quelques mois. J'adore le côté outrageux de ce genre de chaussure. Rien d'éthique, que du fun !

View this post on Instagram

I look grumpy but I swear I’m not 👼

A post shared by manon lecor (@manonlecor) on



View this post on Instagram

Hello 2019 🏹

A post shared by manon lecor (@manonlecor) on

Quel est ton pire fashion faux pas ?

Mon pire fashion faux pas, c’était l’époque où je pensais qu’il fallait avoir des milliers de fringues pour avoir du style. J’achetais des vêtements de toutes les couleurs et de toutes les forme. Je copiais des looks de blogueuses sans me demander si c’était mon propre style. Je trouvais ça cool sur elles, alors je faisais presque pareil et évidemment… Ça ne marchait pas ! C’est après avoir visionné les documentaires The Minimalists et The True Coast - disponibles sur Netflix - que j’ai réalisé ça. Je me suis beaucoup renseignée sur le minimalisme et la mode éthique, j’ai étudié le sujet jusqu’à ce que ça devienne une passion. Depuis, c’est un réel engagement. Le minimalisme, c’est mon style de vie.

View this post on Instagram

Canadian suit 👖

A post shared by manon lecor (@manonlecor) on


Propos recueillis par Cyrine BRmdn

À lire également : 

Discussion mode avec Manon de Made in Faro

Discussion beauté avec Ariane de Post By Ari


Aimez Hellocoton sur Facebook