« Car voici enfin venu le temps de mon ambition déraisonnable. (…) Faire danser les gens, longtemps après ma mort. La vanité des vanités. » Monsieur Rester vous avez déjà relevé haut la main un sacré pari, me questionner, m’intéresser à un style de musique que j’admets avoir regardé avec une certaine distance si ce n’est un certain dédain. Et je me suis surprise à fredonner naturellement les airs de certains de vos titres au fil ds pages preuve...

Cet article provient du blog Délicieuses Vanités. Juliette est également auteur de First Light de Jason Stone et Sur le bout des pieds.
Lire la suite sur le blog ›