Je suis à Rome. Je suis entre deux avions, entre la course et l’atterrissage. Mon prochain vol est dans deux heures. J’observe les voyageurs et je me demande d’où ils viennent, où ils vont et dans quel but. J’imagine leur langue et je me raconte leur histoire. Ils partent au bout du monde. Ils sont heureux, et forcement, oui, forcement, ils sont amoureux. Ils sont beaux. Chaque soir, je m’endors en imaginant les mots que je pourrais écrire ici. Je me dis...

Cet article provient du blog Vie de miettes. May habite à Toulouse et est également auteur de Aller au Chili et respirer et Marsaxlokk, village de pécheurs.
Lire la suite sur le blog ›