J’attends le soir, ton retour. La clé dans la serrure – petit bruit cliquant qui me fait frissonner d’anticipation. Quand tu déposes ton casque de moto sur la console – celle de mon enfance – à l’entrée, que tu passes ta main dans tes cheveux, mon cœur bat au rythme de tes regards. J’attends que tu avances, sans rien dire, sans intervenir. C’est si doux de t’aimer. Si excitant de te désirer.Je te veux dans mon sommeil, je te veux à mes réveils.Je te veux avec tes...

Cet article provient du blog Désir d'histoires. Olivia Billington habite à Namur et est également auteur de Des mots, une histoire : récolte 10 et Des mots, une histoire : récolte 9.
Lire la suite sur le blog ›