Ma sardine, aujourd’hui c’est un petit fugu larmoyant qui vient coller ses épines entre tes nageoires. Et oui, même moi j’ai un petit coeur. Et il arrive (un peu trop souvent) que ce petit coeur se brise face à des raisons plus ou moins diverses (et qui n’en valent pas toujours la peine, mais soit). Voilà, il fait comme ça. Sauf qu’après, on ne le mange pas avec un café. Comme tu ne le sais pas encore, on a déménagé en début d’année (c’est...

Cet article provient du blog Bienvenue à Fugushima !. Retrouvez également son article Les états d’esprits du vendredi #11 et Mes Petits Bonheurs #8.
Lire la suite sur le blog ›