Tu tentes juste de rester vivant entre le début et la fin. Les premiers mots Dans ta tête d’enfant, il y a de brusques ciels clairs arrachés à une peine lente, basse, impénétrable. Ta mère a disparu. Elle avait beau ne jamais être complètement là, c’est à son odeur, à sa chaleur, à ses mains silencieuses que tu prenais appui pour sentir que tu existais vraiment. L’enfant qui Doit continuer à marcher, doit se délester du souvenir de la mère, mais pas trop,...

Cet article provient du blog Mes Pages Versicolores. Fanny est également auteur de Les enfants pâles– Phang & Dupuy et Treize raisons– Jay Asher.
Lire la suite sur le blog ›