En ouvrant la porte de mon appartement, j'ouvre également celle qui fait s'écouler mes larmes. Je ne les retiens pas. Je me sens vidée. Epuisée d'avoir tout tenté pour LA retenir. J'ai tout fais pour qu'elle veuille rester près de moi, heureuse d'avoir pu la retrouver après le manque engendré par son absence. Mais cela n'a pas suffit et c'est seule et désoeuvrée que j'entre chez moi. Je voudrai pouvoir sentir encore la chaleur qu'elle fait naitre en moi, la serrer contre mon coeur...

Cet article provient du blog Vivre son monde. Nayaë habite à Paris / Dunkerque et est également auteur de Nouveaux départs et Passagères disparues..
Lire la suite sur le blog ›