Foule a casablanca philippe cognée. "Il regarde la ville, cette superposition de mouvements. Ce territoire infini d'intersections, où l'on ne se rencontre pas." Delphine DE VIGAN, Les heures souterraines Philippe Cognée - Foule a Casablanca -encaustique sur toile, marouflée sur bois, 2005, 150 x 200 cm

Cet article provient du blog Ogresse de Paris. Sophie habite à Paris et est également auteur de Vendredi lecture avec Lisa See et La citation du jour.
Lire la suite sur le blog ›