S’il y a une chose qui me rend malade, qui me donne la nausée, qui me donnerait des envies de violence comme j’en ressens très rarement, c’est le viol. Et pourtant, j’ai la chance (et ça ne devrait pas être une chance, ça devrait être la normalité) de ne pas en avoir été victime. Mais quand j’essaye d’alerter les gens sur la culture du viol, tout le monde a tendance à relativiser. A chercher des circonstances atténuantes au violeur, qui a mal interprété des signaux...

Cet article provient du blog les piplettes poilues. Piplette habite à Berlin et est également auteur de Et si les femmes avaient un cerveau ? et Big Bad Buzz.
Lire la suite sur le blog ›