Je retourne dans les terres brunes du Pays basque, bientôt. Je vais lire Ramuntcho pour me mettre dans l’ambiance. Dernièrement, avec mon café du matin, j’ai lu des bouts d’Emily Dickinson. Son recueil de poésies « Lieu-dit de l’éternité » trône depuis des lustres chez moi. Une version bilingue, toute propre, pas écornée, la tranche très lisse. Vous en déduirez que je l’ai très peu lu. Et vous aurez raison. C’est la seule poétesse que je connaisse....

Cet article provient du blog Merrygraph. Magali habite à Bordeaux et est également auteur de Créer une chaîne YouTube, la bonne idée ou pas ? et L’accent du Sud-Ouest.
Lire la suite sur le blog ›