Léa est connue sur Youtube sous le pseudonyme de JENESUISPASJOLIE, sa chaîne dépasse le million d'abonnés et depuis un moment on peut la suivre dans son nouveau rôle de mère. Le 15 janvier dernier la youtubeuse a surpris en dévoilant une vidéo où elle parle à coeur ouvert de son expérience d'avortement quelques années plutôt. Un évènement traumatisant appuyé par des violences obstétricales et des jugements subis qu'elle dénonce dans un court film de 17 min. Zoom. 

À 22 ans on peut dire de Léa qu'elle est une jeune femme accomplie et épanouie. À la tête d'une chaîne youtube depuis de nombreuses années, son succès n'est plus à faire et ses fans sont toujours au rendez-vous. Suivie par une majorité de jeunes filles, la youtubeuse prend à coeur d'être un modèle pour ses abonné(e)s, c'est en ce sens que le 15 janvier dernier elle se décide à raconter dans un des épisodes de sa série "Flashback" un des moments les plus douloureux de sa vie: son avortement subit à l'âge de 16 ans. 

"Vous allez prendre vos responsabilités madame"

La star de Youtube y livre un témoignage poignant concernant les réactions mitigées de son entourage. Au lycée, elle dénonce le comportement du corps enseignant, froid, peu engageant, malveillant et même très critique sur la situation. Côté médical on ne peut pas dire que les choses soient plus douces. Infantilisant, brutal le gynécologue en manque total d'empathie choque la jeune femme et va jusqu'à la forcer à regarder son écographie histoire "qu'elle prenne ses responsabilités". À peine âgée de 16 ans, l'avortement qui est déjà en soi un évènement traumatisant, tourne au réel cauchemar pour la jeune femme qui passe alors les pires mois de sa vie et avoue avoir été traumatisée au point de ne plus s'être rendue chez un gynécologue des années durant. 

Aujourd'hui avec le recul, Léa se sent suffisamment forte pour en parler et se livrer mais elle tient surtout à aider les jeunes filles qui traverserait la même épreuve sans soutien. Elle rappelle que les réactions de son entourage n'ont en rien été normales et que ce genre de pratique, notamment venant du corps médical, ne doit en aucun cas restées sous silence. 

"Je pense que j'ai été traumatisée, je ne suis plus allée voir un gynécologue pendant des années"

En 2019, certains pays interdisent encore l'IVG, refusant aux femmes le droit propre de disposer comme elles le veulent de leur corps. En France bien qu'il soit autorisé, les réactions et les mentalités semblent de plus en plus s'étriquer autour d'un sujet qui relève d'un droit fondamental humain. De plus en plus de témoignages paraissent sur le web ou à la télévision quant au manque de tact des médecins, en particulier des gynécologues. Cette vidéo vient s'ajouter aux longues listes des plaintes concernant les violences obstétricales, il est bon de rappeler que ce genre de comportement ne doit pas rester impuni et ce qu'on ait 15 ou 80 ans. 

Pour en savoir plus sur le témoignage de Léa : "Mon avortement, le pire c'est les autres"

Coralie Techer 

À lire également : 

Conscience écologique : quand les influenceuses s'engagent

Dans la bouche d'une fille, le compte Instagram qui dénonce le sexisme ordinaire


Aimez Hellocoton sur Facebook