« On a tous été secoués. Par toutes les histoires. Les fausses. Les vraies. C’est comme si nous avions été projetés à l’intérieur d’un film très réaliste. Juliette et Camille s’essuyaient les yeux. Boris fixait le plafond pour contrer l’émotion. Mais le plus troublant, c’était Mme Grand. Alors, elle, toutes les digues ont lâché. Elle était...

Cet article provient du blog le blog de Argali. Argali habite à Belgique et est également auteur de La gloire de maudits, Nicolas D'ESTIENNE D'ORVES et Le héron de Guernica, Antoine CHOPLIN.
Lire la suite sur le blog ›