Je suis toujours surprise de la rapidité avec laquelle est il est possible de sortir de la frénésie d’une ville telle que Hong-Kong. Quelques arrêts de train après Tsim Sha Tsui, vous voilà en périphérie à Sha Tin, dans les nouveaux territoires, avec tous les à-côtés qui lui sont propres… dont le gros centre commercial qui va bien (et où j’ai failli me péter le coccyx en glissant sur une marche au passage). Mais un peu plus loin, encore, vous entamez la courte...

Cet article provient du blog Ta3mam. Ta3mam habite à Lyon et est également auteur de Fin d’automne à Kyôto et Mon nouveau pays : l’Isère !.
Lire la suite sur le blog ›