Paru aux éditions Grasset - 432 pages Traduit par Amandine PyDécidément la collection En lettres d'ancre de chez Grasset ne cesse de me surprendre par la diversité de ses publications et des sujets englobés qu'on voit bien peu en littérature française. Avec Le mort était trop grand de Luis Miguel Rivas, direction une nouvelle fois l'Amérique latine mais vue sous un nouvel angle : au plus près du narcotrafic. Manuel a grandi à Villaradieuse (ne cherchez pas sur Google, cette ville...

Cet article provient du blog L'ivresse littéraire. L'ivresse littéraire est également auteur de À la ligne feuillets d'usine de Joseph Ponthus : au cœur de l'usine et [Autour des livres] Été 2019 : préparez votre valise de livres !.
Lire la suite sur le blog ›