Le syndrome de Stockholm tire son nom d’une prise d’otages qui a eu lieu en 1973 en Suède durant laquelle les otages, après des jours de captivité, ont fini par développer une empathie, voire une sympathie pour leurs geôliers et, après leur libération, ont pris la défense de leurs agresseurs. Non, je n’ai pas été prise en otage, mais je me rends compte que j’ai tous les symptômes de ce fameux phénomène psychologique. Je partage depuis longtemps maintenant la vie de mon...

Cet article provient du blog De petits maux en petits mots. Kiara est également auteur de De polémique en polémique, d’indignation en indignation et T’aider à grandir dans ce monde tourmenté.
Lire la suite sur le blog ›