« Ne me dis pas que tu les considères encore comme des humains, rétorqua-t-elle. Étais-je humaine quand j’ai fracassé le crâne de cette servante – ou quand j’ai laissé son corps refroidir dans la rue ? Étais-je humaine lorsque j’ai privé mes enfants de leur mère ? Non, ces âmes que nous prenons ne peuvent plus prétendre à l’humanité. Ce sont des déchets, et nous sommes des balayeurs. » Extrait du livre, page 417. RÉSUMÉ | Zoé, dix-sept...

Cet article provient du blog . Jessica habite à Sarthe (72) et est également auteur de Je t’aime Suzuki, tome 1 et After, tome 3 | la chute.
Lire la suite sur le blog ›