Il va bientôt être difficile de faire dans l’original en matière de romans sur la Première Guerre mondiale. L’originalité n’est d’ailleurs pas un critère déterminant : une même histoire peut être racontée des milliers de fois, pourvu qu’elle le soit bien. Et avec Les fleurs d’hiver, Angélique Villeneuve touche au sujet d’un point de vue à la fois féminin et social qui lui donne tout son intérêt.Un portrait de femme Jeanne est une femme à la fois souffrante et...

Cet article provient du blog Tête de lecture. Sandrine est également auteur de Le liseur du 6 h 27 de Jean-Paul Didierlaurent et Terminus Belz de Emmanuel Grand.
Lire la suite sur le blog ›