Le sillon, ce n’est pas la pluie qui l’a formé, mais bien les fourmis… C’est la question que je me pose. Il y a deux jours, avant les orages, je voyais bien passer une ligne de fourmi à travers le potager, mais rien de transcendant. Hier soir, elles avaient bâti une immense fourmilière pile dans un des poquets de haricots. Aujourd’hui, après une autre nuit pluvieuse, voilà que je découvre toute une autoroute à fourmis traversant de part en part le...

Cet article provient du blog Au Jardin de Saucisse de Colza. Laëtitia habite à La Campagne Savoyarde et est également auteur de Belle Inconnue et Agrandissement du potager.
Lire la suite sur le blog ›